Communiqué de presse – L’éléphant attaque le moustique

Classé dans : Nature et Progrès | 0

La multinationale Scotts, fabricante de pesticides, attaque un petit
distributeur de « Purin d’Ortie »

elephant5

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Les lobbies de l’agrochimie ne supportent toujours pas l’autonomie des paysans et
des jardiniers : à peine le décret du ministère de l’agriculture en date du 27 avril1 autorisant
enfin les PNPP (Préparations Naturelles Peu Préoccupantes du domaine public type purin
d’ortie…) est-il publié que le géant Scotts2 fait immédiatement pression sur un petit
distributeur de purin d’ortie, la société DCM3.
Le 9 mai, moins de 2 semaines après la parution du décret, la multinationale Scotts
dont l’activité est : « Fabrication de pesticides et d’autres produits agrochimiques (2020Z)4 »
adresse un courrier menaçant à DCM.
Les pratiques du distributeur sont pourtant parfaitement légales puisque la loi lui
donne jusqu’à un an pour une mise en conformité avec le nouveau décret du 27 avril 2016.
Ainsi, non contente que la nouvelle loi, pour son profit, prive le consommateur des
informations relatives aux effets curatifs des biostimulants, Scotts veut imposer sa propre loi
et se lance dans la chasse aux sorcières avec menaces à la clef.
Nous dénonçons avec vigueur cette tentative de confiscation de savoirs qui relèvent
du domaine public. L’attitude de la société Scotts, porte drapeau des lobbies de l’agrochimie
dans le cas présent, démontre une volonté inacceptable de bloquer les alternatives attendues et
réclamées par une part grandissante de la société.
Le lobby des pesticides ne parvient plus à faire croire à l’opinion que ses produits très
toxiques sont indispensables, efficaces et sans danger pour l’utilisateur et le consommateur et
est prêt à tout pour défendre son scandaleux monopole de protection des plantes.
Cette volonté de museler la communication sur les effets des alternatives pour
accompagner les plantes ne fait que renforcer nos convictions que ce lobby est puissant mais
pas indéboulonnable si nous refusons son dictat.