Newsletter de novembre/décembre sur les SPG publiée par IFOAM.

Classé dans : Non classé | 0

C’est en anglais mais voici un bref résumé du premier article.

PGS around the world: results from the Global PGS Survey 2015 By Simona D’Amico :

 

IFOAM a réalisé en 2015 une étude sur les SPG dans le monde entier pour faire un bilan des initiatives SPG dans le monde entier celles en fonctionnement, en développement ; comment fonctionnent-elles, sont elles aidées par les gouvernements…

 

Les premiers travaux sur les SPG datent d’une dizaine d’année ; la terminologie SPG et ses piliers fondamentaux avaient en effet été définis lors d’un atelier sur la certification alternative à Maela au Brésil en 2004.

Depuis 10 ans une prise de conscience importante a été faite sur les multiples rôles des SPG et en particulier son rôle comme outil pour l’amélioration des conditions de vie des paysans et leurs familles en milieu rural.

En effet, ont été constatées : mutualisation de la commercialisation, travail en commun, réduction des intermédiaires, transmission de savoirs, échange de semences, soutien de la société civil… Autant d’échanges qui permettre la construction d’un réseau local d’entraide.

Dans tous les SPG concernés par l’enquête 2015, il ressort que la place de la société civile est cruciale dans les SPG de part leur participation à la promotion et au fonctionnement du système mais aussi pour renforcer la confiance dans ce système.

 

L’enquête montre aussi que le développement et le maintien des SPG sont favorisés par une bonne coopération entre la société civile, le secteur privé (distributeurs, professionnels) et les gouvernements.

Néanmoins, l’implication des gouvernements dans le développement des PSG est inégal  selon les pays. Pour certains pays, les SPG bénéficient d’un soutien du gouvernement par exemple reconnaissance notamment en des SPG comme une certification alternative à la certification par tiers,  subventions ou encore préférence des produits garantis par un SPG dans la restauration publique. Dans d’autres pays, les pouvoirs publics sont moins cléments et de part une réglementation et administration plus figées limite le développement des SPG.

 

Voici quelques chiffres issus de cette enquête 2015 :

 

En 2015, dans 72 pays,  123 SPG fonctionnent dans le monde et 110 sont en cours de création. Certains d’entre eux fonctionnent en réseaux (comme c’est le cas de N&P).

Sur ces 72 pays, 20 pays comptent des SPG actifs et en cours de développement, 33 pays seulement des SPG en cours de création et 19 pays des SPG actifs.

IFOAM suit depuis le début le développement des SPG mais cette enquête a permit de révéler 38 nouveaux SPG dont 16 déjà actifs.

Pour situer ces SPG et le nombre de professionnels dont l’activité est garantie par un SPG : http://www.ifoam.bio/en/pgs-map

 

Pour retrouver les travaux d’IFOAM sur les SPG, rendez vous sur http://www.ifoam.bio/en/value-chain/participatory-guarantee-systems-pgs avec notamment une base de données des SPG existants.