Un film pour découvrir l’Essor Maraiche

Classé dans : Nature et Progrès | 0

Un bref rappel sur l’Essor maraîcher

 

Partant du constat du manque de légumes biologiques sur le département du Tarn et de la dynamique de candidats à l’installation rencontrant le besoin de consolider leur expérience avant de s’engager dans une installation agricole, la Communauté d’Agglomération Gaillac-Graulhet, en partenariat avec la Chambre d’Agriculture du Tarn, l’ADEART et Inéopole Formation, a impulsé la création en 2012 de l’Essor maraîcher. Cette association a pour vocation de permettre aux porteurs d’un projet en maraîchage bio de développer leur expérience et de tester leur projet d’installation en limitant la prise de risque financier, sur une durée de 1 à 3 ans.

Ce concept innovant d’espace test agricole, qui permet d’accompagner les futurs maraîchers vers la professionnalisation, se concrétise à l’Essor maraîcher par la mise à disposition de chaque futur maraîcher d’un outil de production professionnel comprenant :

  • du foncier certifié en agriculture biologique : 930 m² de serres tunnel et 1 à 2 ha de terres plein champ irrigables,
  • des bâtiments d’exploitation : hangar, atelier, aire de lavage, chambre froide et bureau,
  • des équipements professionnels : matériel de travail du sol, d’entretien des cultures et de récolte,
  • un accompagnement technico-économique, administratif, en comptabilité-gestion,
  • un accompagnement à la recherche de débouchés et de foncier.

Chaque maraîcher bénéficie d’une couverture sociale grâce au contrat CAPE (Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise). Ce contrat permet une mise en situation de chef d’entreprise, sans les risques liés aux investissements. En effet, chaque maraîcher choisit ses cultures et ses débouchés. Ses revenus dépendent des bénéfices dégagés par son activité (ventes – charges opérationnelles – participation aux charges de structure).

Avant de dégager ses premiers revenus, chaque maraîcher pourra conserver le bénéfice de ses acquis sociaux (allocation chômage, RSA, etc.).

En contre-partie, le maraîcher s’acquitte d’une participation forfaitaire progressive, fixée à 1.000€ la première année.

Partenaires fondateurs de l’Essor maraîcher

Sources : http://eco.ted.fr/node/210

Laissez un commentaire